Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : C'est ça la France
  • C'est ça la France
  • : L'opinion d'une française moyenne sur la politique et les problèmes de société dans notre beau pays.
  • Contact

Texte libre

Recherche

26 janvier 2007 5 26 /01 /janvier /2007 18:18

Le racisme, l'immigration non contrôlée nous ont rendu complètement fous. Est ce une tare d'être français et blancs ? A force de colonisations et décolonisations mal faites dont le but était uniquement le profit, étonnons-nous de ce qui se passe actuellement.

Politiciens si imbus de vous-mêmes vous croyez-vous si influents pour penser que seules des lois vont éradiquer le racisme en France ? Vos : «  Il n’y aura plus, j’interdis, je ne veux plus », ne représentent que l’expression de votre volonté, pas forcément celle des Français. La mise en épingle médiatique et politique de certains faits ne peut que nuire à l’intégration. Résultat probable : les personnes non racistes risquent de le devenir par exaspération, les xénophobes risquent de le rester avec un esprit encore un peu plus agressif, quant aux extrémistes de toutes confessions cela leur donnera une bonne raison de se livrer à des actes inqualifiables …. L’intégration de minorités si différentes de nous devrait se faire non pas en force mais en douceur avec une concertation entre les arrivants et les autochtones chacun essayant d’aider à sa propre fusion dans une nouvelle patrie. Chocs des civilisations   beaucoup trop violents au détriment de tout le monde car chacun se trouve devant le fait accompli sans pouvoir donner son opinion. 

 

 

D’accord pour une France terre d’accueil. Mais non à une France, servant de base permettant à des étrangers de préparer des coups d’Etat ou des crimes en toute sérénité. Nos propres problèmes nous donnent assez de soucis : manifestations, grèves, délinquance, pour accepter que des étrangers défilent pour crier leur haine face à leurs dirigeants et à leurs actions. Ces problèmes ne nous regardent pas ou que de loin. Je terminerai par une note que je trouve drôle. Les Français paient très cher pour aller faire des séjours dans les pays dont les ressortissants malheureux partent pour venir chez nous.  

 

 

NB : Quelle différence faites-vous, dans les insultes racistes excluant donc une partie de la population, entre : sale bourge, vieille rombière, sale juif, bougnioul, espèce de catho, et la liste est non exhaustive.  Toutes ces victimes ne reçoivent pas la même considération des pouvoirs publics.

Repost 0
25 janvier 2007 4 25 /01 /janvier /2007 18:08

Ce soir c'est peut être le sujet qui fâche. Mais avouez franchement que si la télévision et les hommes politiques arrêtaient un peu de monter en épingle ce problème, et que tous les gens qui vivent en France soient comme vous et moi, c'est à dire juste des personnes, tout irait beaucoup mieux. De toutes façons, si chacune des parties n'y met pas du sien, cela finira mal, par exaspération de part et d'autre. Bon courage.

Racisme, voilà un mot dont il faudrait donner l’explication la plus large possible. Cela va de l’exclusion par l’argent, la religion, le statut social et fort heureusement, pour une petite partie de la population, par la couleur de la peau ou l’ethnie.

 

Français taxés de racisme, mais que font les étrangers  pourtant de même couleur et considérés comme des frères, ils se battent dans de grands conflits inter ethniques. Nous mélangeons tout lorsque nous évoquons le racisme. Nous ne voulons pas reconnaître l’origine de notre difficulté à cohabiter. Elle provient en priorité de nos différences dans l’art de vivre et les pratiques religieuses. Exemple : la polygamie reconnue dans certains pays et illégale en France, même chose pour l’excision, la sorcellerie, la justice du talion, la position sociale des femmes, la notion élémentaire de liberté … Encore une fois des notions  qui n’ont rien à voir avec la couleur de la peau. 

 

Le racisme découle naturellement d’une immigration non contrôlée quoi qu’on en dise. Et pour ma part, je ne pense pas que cet afflux d’étrangers corresponde à des idées uniquement philanthropiques. La France se veut une championne dans la catégorie « Terre d’accueil » Bien, mais il faudrait connaître la véritable signification du mot  accueil. Nous laissons rentrer sur le sol français une grande quantité de gens dont nous ne savons même pas comment  les intégrer et les faire vivre décemment. De plus, tous ne subissent pas de contrôles médicaux valables, d’où la réapparition de certaines maladies éradiquées. Souvent hébergés dans des conditions lamentables, rejetés par leurs voisins, parqués dans des cités devenues des lieux de non droit, de racket, des centres de violence, ils doivent vivre. Lorsqu’on invite des gens chez soi, c’est en général pour leur faire plaisir et s’assurer de leur bonheur. Croyez-vous que ce soit la réalité ? La même critique s’applique à notre simili aide à l’extérieur de nos frontières. Depuis la nuit des temps, et afin d’améliorer l’existence  de populations défavorisées, nous avons envoyé des missionnaires, ingénieurs, médecins, expatriés de tous ordres. Mais voilà les expéditeurs s’enrichissent  sur le dos de ceux qu’ils venaient sauver et bien sûr rien ne change.

 

Ces pays pauvres, possesseurs de tant de richesses sur leur sol et dans leur sous-sol devraient crouler sous des montagnes d’or. Si les populations meurent de faim, notons en même temps le montant de la fortune possédée par certains de leurs  dirigeants. La France ne cesse de payer et payer et encore payer. Mais d’où sort-on cet argent ? Toutes ces populations préfèreraient sans doute rester dans leurs pays d’origine dans la mesure où ils pourraient y vivre décemment. Preuve de cette insatisfaction, les manifestations des étrangers contre leur condition de vie sur notre territoire.  Sûrement n’y trouvent-ils pas l’Eldorado promis. Cette immense communauté sans frontières, ce méli-mélo d’ethnies, de religions, de coutumes, alors que chacun veut garder sa propre identité raciale. Où cela va- t-il nous mener ? Ces délires de mixages se fait grâce à une petite poignée d’hommes s’amusant à refaire le monde sans prendre garde aux conséquences de leurs actes.

 

On voit bien les ennuis qui attendent les personnes adeptes des mariages mixtes religieux ou ethniques. Souvent, les enfants nés de ces unions deviennent l’enjeu de véritables drames familiaux. Repris généralement par leur père, il faut des années de procédure pour que la mère obtienne l’autorisation de les revoir. Mais cela ne sert de leçon à personne. Certains jeunes s’en servent pour affronter l’establishment familial, et pour de se démarquer. Comme dit précédemment, chaque personne d’où qu’elle vienne n’a de valeur que la sienne propre et il existe fort heureusement de très bonnes intégrations. Toute personne rentrant sur un nouveau territoire devrait connaître et respecter les lois en vigueur sur cette terre d’accueil. Les informations nous montrent combien d’autres pays, souvent ceux qui nous traitent de racistes, agissent avec les ressortissants français expatriés pour quelque temps sur leur sol et qui ne respectent pas la loi locale. Dans le meilleur des cas, ils sont renvoyés manu militari en France. Pour certains ils peuvent connaître la prison. Pour les rapatrier nos ambassades entament un dialogue de sourd ou un dialogue financier, allez savoir.  

 

Repost 0
24 janvier 2007 3 24 /01 /janvier /2007 18:29

Hier, à la télévision, Météo France a lancé un avis d’alerte à la neige sur une quarantaine de départements. Bien sûr, elle peut nous mettre en garde grâce à tous ces satellites qui pullulent et polluent les couches supérieures de notre atmosphère. A côté de ces informations capitales, la DDE nous montre de nombreux camions prêts à l’emploi ainsi que des tonnes de sel qui n’attendent qu’à être déversées sur nos autoroutes et routes secondaires. Il paraît à ce propos que nous sommes les meilleurs et que les citoyens ont pu voir que dans n’importe quel cas tout était prévu. Nous l’avons vu, avec les embouteillages monstres sur l’autoroute, des gens obligés de passer la nuit dans leurs voitures, les sableuses n’arrivant pas à faire leur travail, enfin bref, le pied !!!

 

Vous qui me reprochez de ne jamais donner de solutions aux problèmes que j’expose, je vais vous faire mentir. Ma solution très basique je le reconnais aurait été dès les premières chutes de neige, de fermer les autoroutes, de faire déverser le sel sur les autoroutes, puis de rétablir le trafic. Tout cela me semble relativement logique, et à vous ? Bonne soirée et restez chez vous au coin du feu.

 

Repost 0
23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 18:01

Mon nom est Eliott, et je voulais vous montrer que j'ai beaucoup de chance car chez moi, quand il tombe de la neige, elle reste bien blanche. C'est vrai, j'ai de la chance, il n'y a pas d'usines à des kilomètres à la ronde. Il y a juste les touristes qui polluent, mais ce n'est que l'été, alors... C'est un moindre mal.

 

Sous-titre «  notre avenir ». Nous voyons bien depuis des années qu’il ne nous préoccupe que sur le papier.Marées noires qui viennent de l’autorisation donnée à des bateaux aux pavillons douteux ( rien que ce signe extérieur représente déjà un risque connu de tous) de circuler sur nos mers et océans. Rajoutez à cela des contrôles techniques «  bidons » ou bâclés. Depuis un certain temps les politiques disent étudier ce problème et les réformes devant être entreprises. La question se pose « va-t-on enfin arriver à trouver une solution ? » Pour notre survie, il faudrait mettre en place des gens honnêtes compétents et neutres (cela fait beaucoup, je sais) mandatés pour faire les contrôles de sécurité qui s’imposent et interdisent à tous bateaux de sortir d’un port sans avoir subi une vérification en règle.

 Lorsque l’accident arrive, de grâce, cessons de perdre un temps fou en tergiversations de tous ordres laissant le phénomène s’amplifier, agissons ! Nous qui aimons tant les cellules de crise, préparons-nous à l’avance pour pallier à ces catastrophes naturelles en possédant ( à l’instar des pompiers ) le matériel adéquat, nous permettant d’intervenir sur le champ. Songeons un peu plus à tous ces gens qui vivent de la mer et sont plongés dans l’horreur. L’argent ne rentre plus, on ne leur en prête pas, les indemnisations n’arrivent pas, les palabres entre les administrations et les assurances durant indéfiniment. Et pourtant, taxes et impôts continuent à pleuvoir, l’état « prédateur » ne pouvant se priver de la manne d’où qu’elle tombe.

 

La liste des manquements et des affronts que nous faisons subir à notre pauvre vieille terre ne s’arrête malheureusement pas là puisque nous nous persuadons qu’elle nous appartient et par conséquence nous pensons pouvoir  en faire ce que nous voulons. Nous nous attaquons à tous les espaces possibles : mers, air, fleuves, rivières, montagnes, plaines, espace, désert. Et partout, nous dégradons, abîmons, polluons !Usines, crachant leurs gaz toxiques à longueur de journée, voitures, motos, et autres moyens de transport qui font de même et malgré des pics de pollution angoissants, pas question de se priver. Le marché de l’automobile rapporte beaucoup d’argent et tout empêchement de pouvoir utiliser cet élément essentiel de notre liberté amènerait sûrement des manifestations.

 

De nombreuses discussions sur la préservation de notre environnement  se tenant périodiquement, les effets sont longs à venir. Il suffit qu’un seul Etat manque à l’appel pour que les autres ne fassent rien. Quelle leçon : mieux vaut polluer la planète plutôt que de se priver de l’argent apporté par les pollueurs.

 

On s’inquiète du réchauffement de la terre. Bien, mais oserai-je vous rappeler ce que nous apprenions en classe : plusieurs ères existèrent avant la notre dont l’ère glacière, à moins que cette information ne soit erronée. Réfléchissons à l’augmentation de la température depuis cette époque ! Notre bonne vieille terre suit sûrement un cycle apportant des changements dans le règne végétal, animal, et minéral. Que nous accélérions les choses, je n’en disconviens pas, mais la responsabilité de sa mort dans quelques millions d’années ne sera le fait que du grand ordonnateur du monde. La nature fort heureusement montre son extrême gentillesse en voulant bien digérer toutes les saletés dont nous la gavons, mais gare à l’overdose. Les exemples ne manquent pas lorsque excédée elle se fâche contre les bêtises des hommes : tempêtes, cyclones, inondations, autant de signes qui devraient nous alarmer sur son ras le bol. Et quand elle se met en colère, tout le monde tremble comme les Gaulois qui craignaient que le ciel ne leur tombe sur la tête. Nous ne pouvons rien contre le déchaînement des  éléments. Notre Mère Nature en la circonstance nous rappelle sa force face à nous, pauvres apprentis sorciers. Et tout d’un coup tout reprend sa place. On essaie de revenir aux bons vieux dictons paysans, fruits de l’observation à une époque où la nature n’était pas méprisée mais au contraire, considérée comme notre mère nourricière. Nous devrons un jour descendre de nos petits nuages d’orgueil, sans quoi nous périrons tous victimes de nos bêtises. Mesdames et Messieurs les écologistes faites un peu moins de politique et plus d’écologie. Associez-vous plus avec cette nature que vous êtes sensés défendre plutôt qu’avec des partis politiques vous permettant d’avoir un meilleur score aux élections. La seule chose qu’on vous demande : être nos avocats auprès de nos dirigeants.

Repost 0
22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 17:35

Le chat, animal sage et réfléchi qui passe ses journées en grande réflexion et observation du monde nous montre en haut de son arbre perché l’image même de la France au bord du gouffre dans lequel elle risque de choir. Pendant cette petite pause, avant le chapitre suivant, je suis allée voir les sites d’hommes politiques ou de télévision ou de journaux afin toujours d’essayer d’avoir des contacts supplémentaires et de nouveaux lecteurs. Je me suis vite rendu compte que les propriétaires de ces sites notamment les hommes politiques sont beaucoup plus intéressés par votre nom et votre adresse pour vous inscrire dans leurs statistiques électorales que par la lecture de vos idées bien qu’ils en fassent une grande priorité (je dis les hommes politiques, mais je pourrais aussi bien dire les personnalités de la télévision, de la radio ou de la presse écrite). A part les sites de Monsieur de Villiers et de monsieur Sarkozy, j’attends toujours les réponses des autres, et je trouve que c’est fort mal élevé car sans nous ils n’auraient pas la situation qu’ils occupent actuellement. C’était un essai idiot car finalement je savais à l’avance comment cela se terminerait. Mais j’ai un secret espoir de tomber sur la perle rare et là ce sera le grand bonheur et l’ouverture sûrement d’une bouteille de champagne.  

 

Mais ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué et je crois que tous ces gens ont un ego tellement surdimensionné et déformé qu’ils ne se rendent plus compte de ce qu’ils sont devenus tout en croyant faire partie de la norme (supérieure assurément). Bonne soirée

 

 

PS : une pensée pour l’Abbé Pierre, et dire que d’après ce que je lis, on veut le couvrir  de gloire en le faisant entrer au Panthéon, lui qui a vécu pour les pauvres et au milieu d’eux, et qui ne désirait pas ce genre d’honneur. Il aurait sûrement préféré reposer au milieu de ceux qu’il a tant aidés. Mais enfin, ce ne sont que des projets. J’espère qu’après réflexion, on en reviendra aux volontés du défunt.

 

 

Repost 0
21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 14:52

C'est ma voiture et sur le toit, mon passager clandestin préféré Oscar qui vous dit : "la route est à tout le monde mais sous certaines conditions. Voilà ce qu'on devrait commencer à apprendre dans les collèges lors des réunions de la prévention routière. A 12 ans tout le monde est d'accord, à 18 ans beaucoup moins. Moi j'ai 2 ans et je serai toujours d'accord".

Petit mot particulier pour nos « intouchables » je veux dire les motards. Pour la plupart ils peuvent être considérés comme des dangers publics, ne respectant pas grand chose, en particulier  les limitations de vitesse.

 

Ils se faufilent à travers la circulation passent par l’endroit qui leur paraît le plus efficace pour avancer. De toutes façons ceux ne faisant pas partie de leur petit monde ne comprennent rien à rien .

 

Pendant que les automobilistes sont verbalisés lorsqu’ils ne portent pas leur ceinture de sécurité, les conducteurs de deux roues (beaucoup moins stables que quatre roues) n’ont comme obligation que celle de porter un casque.

 

A propos de cette ceinture qui sauve des vies mais  en détruit d’autres, je dirai qu’elle n’a d’efficacité qu ‘après l’accident ….elle ne l’empêche pas Elle évite des blessures, notamment au visage, en milieu urbain, d’accord ; mais dans des collisions à plus de 100km/h  il reste à démontrer son utilité dans la majorité des cas...

 

 

Après de longues années de tergiversations de tous ordres sur la nécessité de la répression ou de l’information , nous passons tout d’un coup à la répression qui nous permet d’être contrôlés, flashés, « pucés », ceinturés et  nous donnera le droit dans quelques temps, après avoir appris à souffler dans un ballon, à subir une petite inspection de l’estomac pour savoir si notre repas était en conformité avec le règlement. Voilà comment continuer à rendre les gens irresponsables et inconscients. Sommes-nous tellement idiots que nous n’arrivions à percevoir un danger, que nous ne sachions plus lire les panneaux autoroutier si un gendarme ne vient pas nous dire « attention, regardez, lisez S T O P », que nous ne sachions plus rester sur notre droite, que nous ne sachions plus lire 30 ou 50 pour les limitations de vitesse. L’Etat providence arrive. Il va nous rendre meilleurs malgré nous. Et bientôt pour finir de nous rendre crétins les constructeurs du futur feront des voitures sans volant, s’arrêtant seules quand il le faut grâce à une puce. Voitures qui décideront à notre place pour toutes les choses que nous nous réjouissons encore de faire volontairement.

 

Pour terminer disons que toute personne empruntant une voie publique devrait connaître le code de la route : voitures, motos, vélos, piétons, tous deviennent de potentiels dangers s’ils ne se conduisent pas bien.

 

Tout ce que l’on pourra faire, ne remplacera jamais la connaissance de soi et de ses limites permettant de savoir comment ne pas devenir un danger public.

 

 

NB Le permis de conduire

 

 

Formation des élèves mais pourquoi pas des moniteurs en leur donnant quelques cours de psychologie. Tous les apprentis conducteurs ne se ressemblent pas forcément. Certains entreprenants, d’autres plus timorés….éléments dont il devrait être tenu compte. Différences physiques , seul le conducteur sait s’il se trouve bien installé dans son véhicule. En dehors de ces détails, l’attention devrait porter aussi sur un bon état général et une prise de conscience qui permettrait de ne faire que des actes dont on se sent capable. Beaucoup d’accidents de jeunes conducteurs viennent  de ce manque de connaissance. Exemple : pour doubler un gros camion sur la route, il revient à l’élève de dire si oui ou non il se sent apte à le faire sinon le doute s’installe et le geste entrepris ne va pas forcément donner un bon résultat. Le dialogue constructif devrait trouver sa place à ce moment-là entre le maître et l’élève. Expliquer qu’il pouvait doubler ce camion, mais ce geste lui posant problème il avait eu raison de s’abstenir.

 

Et le prix exorbitant à payer pour avoir ce petit bout de papier, tellement nécessaire pour travailler. Permis de conduire qui ne donne pas l’assurance d’être un bon conducteur ( ceux qui échouent n’étant pas forcément des nuls ). L’inspecteur, en fin de compte ne voit les candidats que vingt minutes, temps qui ne permet pas de faire grand chose. Cet examinateur ne pourrait-il pas mettre son candidat en confiance au lieu de se montrer sinistrement regardant en donnant l’impression de faire tout ce qu’il peut pour faire chuter l’élève. On finit par se demander s’ils ne perçoivent pas une commission par permis refusé.

 

 

Repost 0
20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 17:07

La délinquance sur les routes baisse, tout va pour le mieux et bien ce matin, en allant au marché de Sarlat, à 15 km de la maison, je me suis demandé à partir de quoi on faisait les statistiques. Et en rentrant chez moi, j'ai poussé un ouf de soulagement. Mais sûrement, ne faites-vous pas partie des gens dont je parle.

Principe de base : L’existence d’un code de la route établi dans l’espoir d’éviter tout accident, lorsque nous voulons bien respecter les règles enseignées. Conjointement, nous devons faire passer notre véhicule au contrôle technique tous les deux ans, nous assurant ainsi de son bon état de marche . Et pourtant quelle hécatombe ! !

 

Inciviques chroniques, sûrs jusqu’à cette année d’une quasi impunité,  nous nous livrons à notre passe temps favori « les autos tamponneuses », autos munies de ceintures de sécurité, d’airbags et peut-être bientôt obligation de porter un casque et des protections aux coudes et aux genoux. Pour nous permettre de faire joujou, les arbres disparaissent du bord des routes. Pourtant ils ne faisaient de mal à personne et nous procuraient une ombre salutaire au plus fort des chaleurs de l’été. Imaginez-vous un arbre s’avançant au milieu de la chaussée, branches étalées pour empêcher un automobiliste de passer ! ! ! !A la place de somptueux platanes, nous voyons fleurir des radars dont le côté esthétique reste à prouver,  mais dont le rapport financier est évident.

Périodiquement, la télévision « éducatrice sociale » nous envoie, pour nous inciter à la prudence, des images dans le but de donner un électrochoc au peu de conscience qui nous reste…L’efficacité de cette méthode reste à prouver, car cette voiture pollueuse et tueuse représente le signe extérieur de virilité, pouvoir, richesse, indépendance, intelligence.

 

Les pauvres crétins qui respectent le code de la route deviennent des paysans aisés, des mémés, des pépés…. Par contre l’homme le plus respectable dans la vie courante ressemble à une ordure dès qu’il prend le volant. Mots grossiers, bras d’honneur, coups, invectives pleuvent au moindre petit problème, chacun se persuadant de son bon droit genre « la route m’appartient et j’y fais ce que je veux ».

 

Tous les ans à l’arrivée de l’automne et de ses brouillards, malgré des appels répétés à plus de prudence, commence le grand show des carambolages en série « le premier a glissé, le deuxième n’a pu freiner et lui est rentré dedans, le temps que le troisième se dise « mais que se passe-t-il ? » il est déjà dans le deuxième , et ainsi de suite ».

Pour nous aider à résoudre le problème, les sociétés de sondages arrivent à notre secours pour définir le profil du  responsable du plus grand nombre  d’accidents ( à la clé peut-être une mise à l’écart de certains dont on décidera  qu’ils ne doivent pas conduire). En premier montrées du doigt , les personnes âgées pour leur manque de réflexes, leur conduite moins sportive… En deuxième position : les jeunes  dont le palmarès  n’est pas si mal : alcool au volant, vitesse abusive, certitude de tout savoir parce qu’ils possèdent le petit papier annonçant leur entrée dans le cercle select des possesseurs de permis.

 

Mêmes sondages  montrant noir sur blanc les causes de ces accidents : Vitesse excessive, alcool … mais on peut en donner beaucoup d’autres non répertoriées : bons gueuletons même non accompagnés d’alcool, une purée d’ail ou des haricots sont lourds à digérer et provoquent presque toujours un léger assoupissement en fin de repas, une bonne migraine ou  une rage de dents, la musique, qui n’adoucit pas forcément les mœurs et encore moins les chocs ; il faut chercher son CD ou sa cassette, il faut la mettre dans son lecteur et si par bonheur la musique écoutée est très jazz pourquoi ne pas battre la mesure. Et les constructeurs s’en mêlent, en installant des moteurs de plus en plus nerveux possédant une puissance grandissante pour aller de plus en plus vite, incluant dans l’habitacle des écrans de contrôle ou de navigation  qui distraient les conducteurs.

La responsabilité de tous ces carnages ne provient pas seulement des conducteurs. Montrons du doigt l’autre grand coupable : le ministère de l’équipement. On peut légitimement se demander si les personnes travaillant  dans cet endroit possèdent une voiture et s’ils conduisent de temps à autre. Dans les choses vues signalons : les panneaux qui cachent la visibilité, les lignes blanches continues ou en pointillés disposées au petit bonheur la chance, sorties ou entrées d’autoroutes dangereuses, voies à grande circulation traversant des villages etc….

Repost 0
19 janvier 2007 5 19 /01 /janvier /2007 13:10
J'hésite aujourd'hui a commencer une grande dépression nerveuse !Les sujets que je fais paraître dans mon blog sont tirés d'un petit livre que j'ai écrit . Certes mon idée n'était pas d'avoir le prix Goncourt  mais d'exprimer en termes simples lisibles par tout le monde certaines de mes idées . Chaque fois que je rencontre quelqu'un c'est la même chanson " c'est bien de dire tout haut ce que les gens pensent tout bas" " continuez c'est bien " etc.......Et pourtant je pensais que les sujets abordés concernaient beaucoup de monde . Hélas je vois qu'il n'en est rien . C'est pourquoi je remercie d'abord les personnes qui me donnent leur avis d'une manière si approfondie et intéressante. Je ne sais , car je ne suis pas une grande utilisatrice d'internet,  ce que je ne sais pas faire pour essayer de contacter plus de monde . St Baldoph vous me proposiez de faire quelque chose ensemble mais pour cela faudrait-il encore que plus de gens donnent leur opinion. Peut-être que mon idée de base n'était pas en rapport avec mes capacités de réussite . Bon voilà mon petit coup de déprime du jour et donc maintenant tout va mieux et je repars en guerre. Pouvez-vous me dire comment vous êtes arrivés jusqu'à mon blog ?  Bonne soirée à tous
Repost 0
18 janvier 2007 4 18 /01 /janvier /2007 17:36

Les enfants , les enfants ....c'est un marché ,une source de profits en tous genres. Pense-t-on réellement àeux, à leur bonheur, à leur avenir. On se le demande en regardant certains d'entre eux. Enfin  on espère que la grande majorité sont heureux entourés de parents et d'éducateurs attentifs.

Nous apprenons tous les jours le mal être de notre jeunesse, triste, stressée, courbée sous le poids de responsabilités trop lourdes, en un mot sacrifiée, quelle blague ! Mais non, notre seule préoccupation tourne autour de leur temps de sommeil, de leur alimentation, de leur temps de loisirs. Que pourraient dire alors ceux qui vécurent la dernière guerre, ou plus proche de nous les petits kosovars , tchétchènes … ou d’autres enfants vraiment malheureux ?

Grâce aux erreurs de toutes ces éducations, nous voyons apparaître une quantité de jeunes élevés en dehors de la réalité quotidienne, toujours prêts à se battre tels des Don Quichotte pour les grandes causes du moment  dans l’esprit et non dans la pratique ( je déteste la misère mais j’aime mon petit bien-être, je vote écolo, mais surtout, ne m’empêchez pas de trafiquer mon scooter et de laisser mes parents s’occuper de mes ordures, je suis pour une jeunesse « saine » mais laissez-moi prendre mon extasie et mon shit tranquille … ).

 

Pour faire ouverte, jeune et sympa, l’école organise les fameux voyages scolaires pour lesquels les écoliers se mettent à vendre sur la voie publique des gâteaux qu’ils ne préparent pas eux-mêmes, afin de pouvoir se payer moins cher les congés à la neige ou au bord de la mer. Mendicité organisée, incitation à toujours faire casquer les autres. A ce propos, l’école de la République montre une fois de plus combien elle se soucie peu de l’égalité de tous face à l’argent. Ces fameux voyages qui emmèneront nos petits si fatigués dans des contrées de plus en plus lointaines : Pologne, Italie, Egypte, USA tout cela pour un prix  grossissant au fur et à mesure du nombre de kilomètres parcourus. Pensez-vous que cette même école réfléchit au fait que tout le monde ne pourra pas se payer le voyage ? La réponse est non. Encore une fois, le fossé se creuse entre ceux qui peuvent et ceux qui restent sur le carreau regrettant que leurs parents n’aient pu leur offrir ce qu’une majorité peut se permettre. Où croyez-vous que commence la haine et le sentiment d’exclusion ? Souvent à l’école.

 

NB : n’oublions pas les petits de zéro à cinq ans. Leur vie, guère plus enviable que celle de leurs aînés, les rend moins souriants qu’autrefois. Ils donnent l’impression de crouler sous un poids trop lourd à porter. Certains parents les concevant pour des raisons dont le motif principal n’est pas la création d’une cellule familiale unie, leur font payer le prix fort de leur arrivée dans ce monde. Ils doivent naître, sages, en bonne santé, beaux, éveillés parce que, papa et maman travaillent et donc bébé doit comprendre qu’il doit respecter leur sommeil et leurs loisirs.

 

 

Enfants mis à la garderie impliquant un réveil dès l’aube, comme des condamnés à mort, abandon d’un lit douillet pour partir chez la nounou où ils voudront bien comprendre qu’il faut se rendormir car l’heure du lever sonnera plus tard.

Ensuite, ils passent la journée hors de chez eux avec plus ou moins de copains dans la même situation ( peut-être dans leur « areu areu » peuvent-ils se parler de leurs misères respectives ). La journée se termine et le soir, même combat mais en sens inverse. Papa ou maman vient chercher le petit, plus ou moins à l’heure et comme par hasard, il faut vite se coucher muni d’un « bonne nuit mon amour chéri ». Dur dur d’être un bébé. Très vite, ce petit ange doit devenir indépendant, s’habiller seul, manger seul. Seul mot d’ordre : responsable et parfait, c’est tout ce qu’on lui demande. Lorsque les parents divorcent, cerise sur le gâteau, il faut qu’ils acceptent la situation. Papa et maman décident, toi tu te plies aux nouvelles normes. C’est notre problème, pas le tien, tu te tais. Pour que leur conscience égale leur inconscience, on remplace câlins et bisous par des cadeaux et de l’argent pensant que tout le monde s’y retrouve. Parents et adultes en général ne vous étonnez pas du résultat de ce que vous avez semé.

 

Comment se fait-il aussi qu’il reste UN SEUL ENFANT dont on ne s’occupe pas en France ? Au vu des milliers d’associations qui existent soit pour les malades, pour ceux qui ont des problèmes scolaires, pour ceux qui ont des difficultés d’intégration, pour la réinsertion de ceux qui ont fait des bêtises plus ou moins grosses, pour ceux qui n’ont rien … On ne parle que de ça et pourtant les problèmes continuent à exister et à s’accentuer. Cherchez l’erreur !

Repost 0
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 19:11

Bac bientôt avec 100% de réussite. Mauvaises orientations, quelle misère ! Je sais on dit toujours qu'avant tout était mieux. Et bien je finis par le penser !!! Et vous ?

Les petits Français comptabilisent le temps de vacances le plus important, et la journée de travail la plus mal organisée par rapport à nos voisins. le matin à le soir en alternant des matières qui requièrent attention et concentration. Tout ça pour préserver les « avantages acquis » de leurs professeurs et de leurs parents .. Que diraient les voyagistes, les hôteliers …si le nombre de jours de congés diminuait ?

 

Les examens deviennent de véritables passoires. Candidats au Bac rattrapés à – 48 points ( puisqu’il faut atteindre un pourcentage de réussite en augmentation chaque année ). On fait croire aux élèves que leur niveau leur permet de rentrer en faculté, vilain mensonge pour une partie d’entre eux. Ce qui devait arriver arrive donc, une surpopulation dans les universités dont une bonne partie des effectifs ne devrait pas se trouver sur ces bancs. Cette université autrefois ouverte à toute personne possédant son bac, le passage dans l’année supérieure promis à tous ceux obtenant la moyenne aux examens. Hélas de nos jours, elle devient élitiste et les examens ressemblent fort à des concours. Des « boîtes à bachotage » parallèles voient le jour et font faire du forcing à ceux dont les possibilités financières autorisent ce nouveau genre de « coaching ». Voilà comment les différences entre ceux qui ont de l’argent et les autres se creusent.

Beaucoup à dire aussi sur l’orientation des élèves, vocations souvent brisées pour des raisons peu claires ( élèves bouche-trou pour remplir une nouvelle classe, enfants de parents artisans dont l’avenir est déjà tracé dans l’entreprise familiale que ça leur plaise ou non, observations aléatoires du psychologue scolaire qui ne voyant pas les enfants quotidiennement ne devrait pas avoir le droit de les juger ). Un enfant peut ne pas réussir par paresse, s’il se trouve en conflit avec ses parents ou ses professeurs, parce qu’il rêve ou qu’il se dissipe facilement, tout cela ne voulant évidemment pas dire qu’il est idiot. Enfin, l’éducation nationale ne donne que peu de possibilités dans le cas d’une mauvaise orientation et les soi-disant passerelles qui devraient permettre de prendre une autre voie sont impraticables.

 

Et justement  chacun peut trouver son bonheur dans de très nombreuses filières répertoriées ou non. Tout le monde ne peut pas devenir forcément directeur, médecin, juriste, député etc… Il existe les métiers de l’artisanat, de l’agriculture trop souvent oubliés et pourtant, métiers d’avenir quoi qu’on en dise ! Professions dévalorisées dans cette société ou seul le paraître compte, car considérés comme manuels et trop peu intellectuels. Mais au nom de quoi peut-on décider de l’infériorité de certaines professions par rapport à d’autres ? Il faut savoir une fois pour toute que la grandeur d’une profession se mesure par la qualité du travail de celui qui la pratique et que la même proportion de crétins se trouve dans toutes les couches de la société. Chacun peut se servir à son gré de son intelligence et de sa faculté à aimer la musique, l’art, la littérature. Tout le monde peut y accéder, et si les professeurs transmettaient correctement leur savoir, la classe politique et les médias ne pourraient plus affirmer qu’habiter une banlieue ou venir d’une famille modeste entrave la réussite.

Repost 0

Articles Récents